Tristram, Hildegard L. C.





Bibliography

Tristram, Hildegard L. C., “La razzia des vaches de Cuailnge et les archéologues”, Études Celtiques 29 (1992): 403–414.

  • journal article
Citation details
Article
“La razzia des vaches de Cuailnge et les archéologues”
Periodical
Études Celtiques 29 (1992)
Études Celtiques 29 – Actes du IXe congrès international d’études celtiques. Paris, 7-12 juillet 1991. Deuxième partie: Linguistique, littératures. (1992).
Persée – Études Celtiques, vol. 29, 1992: <link>
Volume
29
Pages
403–414
Description
Abstract (cited)
[FR] On a longtemps cru que ce vénérable texte vieil-irlandais était analogue aux grandes épopées européennes et qu’il constituait un texte clef pour l’identification nationale. On a même cru pouvoir lire dans ce texte une «fenêtre ouverte sur l’âge du fer» (d’après le mot bien connu de Kenneth Jackson), avec un recul de plus d’un millier d’années. Ce serait donc la culture de La Tène qui se refléterait dans les coutumes et les usages sociaux des Ulates et des autres tribus irlandaises, survivance tardive et heureuse dans l’île la plus occidentale et la plus conservatrice du domaine jadis occupé par les celtes et non touchée par la culture romaine.
D’après l’auteur, une telle vue est surannée et relève d’un positivisme simplificateur et d’une nostalgie romantique (peut-être même politique), hérités du XIXe siècle. Les recherches archéologiques (et historiques) récentes nous mettent en garde contre ces idées traditionnelles et nous apprennent que les traits pertinents de la «Razzia des vaches de Cuailnge» et d’autres textes de la Branche Rouge sont en vérité beaucoup plus récents. L’analyse de la première version de la Táin permet de supposer une date qui ne remonte pas avant le Xe/XIe siècle pour la composition de la structure actuelle.
L’auteur appelle à une collaboration plus étroite entre linguistes et archéologues pour l’étude de cette épopée moyen-irlandaise.

[EN] The Cattle-raid of Cuailnge and the archeologists.
For a long time this venerable Old-Irish text has been considered as parallel to the great European epics, and as being a key-text for the national identification. It was even thought possible to read it as «a window on the Iron Age» (according to Kenneth Jackson’s well-known saying), with a flash-back of more than one thousand years. La Tène culture would therefore be reflected in the customs and social habits of the Ulstermen and other Irish tribes, a late and lucky survival in the most western and most conservative island of the territory once occupied by Celts, an island untouched by Roman culture.
Such a view, according to the author, is now obsolete, and relies on positivist simplification and on romantic (perhaps even political) passion, inherited from the last century. Recent archeological (and historical) researches caution us against these traditional ideas and teach us that the significant features of the «Cattle-raid of Cuailnge» and of other texts of the Red Branch are in fact much more recent. An analysis of the older version of the Táin would allow to posit a date not earlier than the Xth/XIth c. for its composition with the present structure.
The author makes an appeal for more collaboration between archaeologists and linguists in the study concerning this Middle Irish epic.
Subjects and topics
Contributors
Pierre Faure